Vita'b – Christelle Jeanneret | Les français et le sucre
74
single,single-post,postid-74,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.5,vc_responsive
Sucre

Les français et le sucre

Au début du XIXème siècle, les français consommaient 2 kilos de sucre par an, aujourd’hui c’est 35 kg. Une progression fulgurante qui coïncide avec l’épidémie d’obésité sévissant dans les pays occidentaux.
On parle de plus en plus de dépendance au sucre. Mais qu’est ce que cela signifie? Et pourquoi?

Tout d’abord il faut savoir que nous venons au monde avec un goût inné pour la saveur sucrée. Mais il semble que c’est entre six mois et deux ans que l’enfant apprend à accepter les aliments avec ou sans saveur sucrée. Avant cet âge, un nourrisson qui a l’habitude de boire une eau pure sans sucre ajouté, rejettera l’eau sucrée. Cependant à partir de six mois, l’enfant préfère habituellement l’aliment à la saveur sucrée.

Cet attrait pour le sucre peut-il rendre dépendant ?

Des expériences ont été réalisées sur des animaux assez proches de l’homme sur le plan physiologique comme le rat ou la souris. Ces études ont permis de démontrer que la consommation de sucres activait les zones du cerveau associées à la récompense et au plaisir et provoquait la libération de peptides opioïdes (appelés aussi « morphine endogène »). Ces  peptides opioïdes seraient responsables de la sensation de plaisir lié au goût sucré. Mais comment cette sensation de plaisir pourrait-elle mener à l’addiction?

Dans un environnement où les produits sucrés sont abondants, il serait difficile de résister à leur consommation, et l’habitude ferait  le reste. Autrement dit l’éducation joue un rôle important dans la consommation accrue de sucre, qui progressivement induirait une dépendance aux sucres comparable à celle associée à la consommation d’héroïne.
Les aliments sucrés sont en effet perçus comme une récompense. Les mamans et les grands-mères offrent du sucres à leurs chérubins s’ils finissent leur repas ou leur légumes. Cet apprentissage laisse une empreinte très marquée sur le cerveau qui associe alors sucre et plaisir ou consolation.

Bien entendu il ne faut pas se priver de ce plaisir, simplement quelques petits trucs et astuces peuvent éviter cette dépendance, les voici:

– Tout d’abord il faut éviter au maximum les produits du commerce tous trop sucrés (et cela n’est   pas le fait du hasard!).

– Ensuite il faut savoir choisir son sucre. Un sucre complet par exemple contient du sucre mais aussi des fibres, des vitamines, des minéraux et voit de ce fait diminuer son indice glycémique. Sa saveur sucrée est moins prononcée mais je rappelle que l’éducation du goût passe par là. Plus on habitue un enfants à manger sucré, plus il mettra du sucre dans son yaourt.

– Lorsque vous faites des pâtisseries, diminuez de moitié la dose de sucre. Votre pancréas vous en remerciera et vous éviterez le stockage du sucre sous forme de graisse.

– Ne restez pas plus de 4 heures sans collation, ce qui vous évitera la baisse du sucre dans votre organisme qui amène le gout du sucre à ce moment là.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire